Running

Les premières foulées, puis les premiers kilomètres… puis la première course.

8 octobre 2014

Qui l’eût cru, qu’un an après, je pulvériserais mon chrono sur cette course où tout a commencé, et que je prendrais autant goût au running ? Pas moi, en tout cas.

La course à pieds était un sport qui me dépassait totalement. Je ne comprenais pas ces personnes qui en devenaient addictives. Après quoi courent-elles ? A quoi souhaitent-elles échapper ? En quoi ont-elles besoin d’enfiler leurs baskets et d’aller courir ?
Alors, j’ai testé, pour comprendre ces sportifs addictifs au running.
Tout a commencé avec le Run 75 Crew. Moi qui n’arrivait même pas à tenir 20 minutes de footing au lycée pour l’épreuve du bac, je me suis surprise à pouvoir courir environ 5 kilomètres (avec quelques arrêts).
Puis on rencontre du monde, encore du monde, on lie des liens d’amitié, ce « monde » nous parle qu’il est possible de participer à des courses officielles (et payantes ! MAIS WHAT ? Payer pour rater sa grasse matinée du dimanche matin ? WTF ? Il faut être fou). On se laisse porter par le mouvement et on s’inscrit tout de même à sa première course.

Me voilà sur le départ du 10km Paris Centre – organisé par Nike – en 2013. Un parcours unique au coeur de Paris, je termine difficilement ce premier 10km de ma vie en 1h02.
Un an après, c’est en 48’45 » que je boucle cette course. Un gain de 14 minutes, incroyable en si peu de temps…

Ce sport, c’est le dépassement de soi, le goût du challenge et de l’effort et un sens des valeurs hors-du-commun : solidarité, partage, respect de soi et de l’autre et enfin l’humilité…

Lorsque je regarde derrière moi, tout ce chemin parcouru dans le monde du running, j’aurais traité de fou celui qui aurait osé venir me dire que moi – la jeune femme qui aime se prélasser sur son canapé et profiter de son dimanche pour faire la grasse matinée – aurait autant pris goût au running.

Un sage a un jour dit « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis » et il avait bien raison…

Forza Benaissi

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply